3 raisons pour lesquelles on a aimé la pièce Les Enfants au Théâtre Jean-Duceppe

3 raisons pour lesquelles  on a aimé la pièce Les Enfants  au Théâtre Jean-Duceppe

 Le Théâtre Jean-Duceppe donne présentement la pièce Les Enfants, de La Britannique Lucy Kirkwood, dramaturge saluée par The Independent comme «la plus enrichissante de sa génération»

Voici 3 raisons pour lesquelles on a adoré et pour lesquelles on te recommande chaudement d’aller la voir (tu as jusqu’au 28 mars!)

Billets de théâtre moins cher pour une bonne cause

1. Une pièce teintée d'humour qui questionne la responsabilité face aux enjeux climatiques

Dans une région non précisée d’Angleterre, au bord de la mer, un couple d’ingénieurs à la retraite, Adèle et Robin, tente de mener une vie paisible. Rescapés d’une catastrophe ayant touché la centrale nucléaire où ils ont travaillé toute leur carrière, le couple s’est recréé un quotidien en apparence sain et écologique en adéquation avec les nombreuses restrictions qui se sont imposées à la région (rationnement alimentaire, manque d’électricité…). 

Un soir, Rose, une ancienne collègue de la centrale que le couple n’a pas vu depuis des dizaines d’années, leur rend une visite surprise. Si elle ne leur dit pas immédiatement la raison de sa présence, elle finit par leur faire une proposition qui va fragiliser la tranquillité d’esprit du couple et les tirailler idéologiquement.

La question centrale de la pièce se profile alors avec habileté et subtilité: celle de l’engagement écologique au détriment de son confort personnel, dans le but de sauver les générations futures. La pièce interroge le rôle que chacun peut y jouer, tout en soulignant que cela ne peut se faire sans sacrifice. 

Alors que Lucy Kirkwood s’est inspirée de la catastrophe nucléaire de Fukushima de mars 2011 comme point de départ, le questionnement principal de la pièce est plus que d’actualité et symbolise la prise de conscience de la jeune génération quant à l’urgence environnementale. Les Enfants n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’opposition entre l’engagement de cette jeune génération et la désinvolture face aux enjeux climatiques dont l’ancienne génération (les “boomers”) est parfois accusée. 

Pour autant, malgré l’aspect pesant de ce questionnement, l’écriture de Lucy Kirkwood et la mise en scène de Marie-Hélène Gendreau donnent naissance à des moments subtilement drôles. Par exemple, la scène de la danse, la démonstration des caractères diamétralement opposés des personnages d’Adèle et de Rose, ainsi que le comportement frivole de Robin, donnent à la pièce un côté humoristique. Cela est d’autant plus intéressant que certaines scènes d’insouciance viennent souligner, par contraste, l’urgence et la noirceur de la situation, alors que les personnages restent dans le déni.

 

2. Des acteurs de talent jouant des personnages profonds et complexes

Le personnage d’Adèle est joué par la comédienne Danielle Proulx, bien connue des planches et de la télévision. La comédienne a reçu deux prix prestigieux pendant sa carrière, le prix Gémeaux en 1998 de la meilleure interprétation dans un premier rôle féminin dans un téléroman, et le prix Génie en 2006 de la meilleure actrice de soutien pour son rôle dans le film C.R.A.Z.Y..


Germain Houde, qui interprète le personnage de Robin, est également bien connu du petit écran et de la scène québécois.e.s. Il a gagné deux Prix Génie du meilleur acteur dans un second rôle dans Les bons débarras et dans Un Zoo la nuit. Il a également joué dans les séries Omerta, Les Filles de Caleb, Les Invincibles et Vertige.


Chantal Baril, qui incarne le personnage de Rose, est diplômée du Conservatoire d'art dramatique de Montréal. Elle double depuis 1985 des personnages de dessins animés, dont Les Simpson. Elle a aussi incarné le personnage de Rachel dans Le monde de Charlotte.


Joués par des acteurs solides et talentueux, les personnages sont profonds et complexes. Par le jeu des comédiens, il est facile de percevoir tout au long de la pièce une atmosphère pesante qui en dit long sur l’état d’esprit des personnages. Adèle et Robin semblent savoir au fond d’eux-même qu’ils ont en quelque sorte choisi une solution de facilité, tout en la maquillant par quelques touches d’engagement écologique qui ne sont que de surface. Ainsi, le personnage d’Adèle, qui se sent poussé à justifier son inaction par le fait qu’elle a “fait sa part”, met justement le doigt sur cette ambiguïté.

Un spectacle éco-responsable

Depuis l’année dernière, le Théâtre Jean-Duceppe s’est engagé à travailler avec l’entreprise Ecosceno, qui aide à la production de décors écoresponsables en accompagnant les productions dans l’écoconception et le réemploi de matériaux de construction. Deux des productions du Théâtre Jean-Duceppe y participent: Fun Home  – Album de famille, de Lisa Kron, et Les Enfants, de Lucy Kirkwood.

En plus de cela, le Théâtre Jean-Duceppe a fait don à Give-a-Seat de quelques places pour la pièce Les Enfants. Nous avons donc pu vendre ces billets de théâtre au rabais, et au profit d’Équiterre, un des principaux organismes environnementaux du Québec, que Duceppe avait choisi comme récipiendaire! 

Une initiative et un geste éco-responsables bienvenus de la part d’un Théâtre qui joue justement une pièce traitant d’éco-responsabilité! 


On espère t’avoir convaincu d’aller voir Les Enfants! Tu peux acheter tes places pour la pièce sur le site du théâtre Duceppe. 

Si tu es intéressé par des billets au rabais pour des pièces de théâtre autres que Les Enfants, n’hésite pas à jeter un oeil aux billets actuellement disponibles sur Give-a-Seat, et à t’abonner dès à présent à l’infolettre pour recevoir en temps réel de nouvelles offres de billets d’événements à Montréal moins cher, et pour une bonne cause!